Jeune entrepreneur qui voit grand!

 

Portrait d’Anthony Gagnon, propriétaire

 

 

 

 

 

 

C’est en 1997 que Manon Robert (fondatrice de l’épicerie fine Les Passions de Manon) fait l’acquisition de la saucisserie William J. Walter, tout juste un an avant la crise du verglas. À cette époque, ses fils Anthony et Ludovick étaient encore très jeunes. Manon avait alors aménagé un espace avec un petit matelas et des jeux, dans l’arrière-boutique du 1555 Marché public.

 

Manon et son mari Alva y travaillaient de façon acharnée tout en offrant un service à la clientèle hors pair. Anthony, le plus jeune des deux garçons, allait-il emprunter les traces de ses parents sans se poser de questions ? Pas certain… Au début du secondaire, ce dernier partait de son école à pied et se rendait au Marché pour y travailler. 

 

À la fin du secondaire, il a choisi un autre chemin en travaillant avec son oncle dans le domaine de la construction. Après un an, il quitte et retourne travailler avec ses parents et le public.

 

 « Au début de mes 20 ans, j’ai eu envie de faire mes propres expériences professionnelles. Je me cherchais beaucoup. C’est à ce moment que ma mère m’a retiré des entreprises ».  Il est alors parti poursuivre un cours de mixologie à Montréal, puis s’est fait approcher par une agence de mannequins. Il y a travaillé à temps partiel pendant trois ans, ce qui lui a apporté énormément de contacts en restauration.

 

Anthony a ensuite suivi un cours de courtier immobilier, tout en travaillant dans l’entreprise familiale. Son permis en poche, il a débuté en tant que courtier avec une agence. Après un certain temps, il a finalement mis de côté le domaine immobilier pour finalement devenir propriétaire avec sa mère de la saucisserie.

 

« William J. Walter St-Hyacinthe propose des produits d’exception. On est récemment allés en Italie où nous avons découvert un magnifique cellier à viande. Cela nous a grandement inspiré. On a donc décidé d’entreprendre des rénovations dans notre entreprise. La confection de ce cellier a été tout un défi. » Tous les corps de métiers ont été impliqués dans la confection, de l’architecte-designer à l’entrepreneur, en passant par le vitrier et le frigoriste. Il s’agit d’un projet monté et pensé pour William J. Walter St-Hyacinthe, de la fonctionnalité au look. Un frigo unique, pour des viandes uniques. « On cherche à faire voyager les clients à travers notre offre. Chaque fois qu’on visite un nouveau pays, on choisit des produits exclusifs. Prendre le temps de rencontrer nos producteurs est une priorité pour nous. Connaître et comprendre d’où proviennent leurs produits restera toujours très important. Nous sommes très heureux de voir que notre clientèle est aussi vaste. Beaucoup d’entre eux viennent de l’extérieur pour venir se procurer nos produits ».

 

William J. Walter St-Hyacinthe, ce n’est pas qu’une histoire de famille, c’est aussi de produits uniques et d’idées créatives. Comme celle des planches…

 

« Un jour ma mère est arrivée en disant qu’elle avait réalisé une publicité et que dès le lendemain, un nouveau service serait offert : “Amenez votre planche et votre plateau de charcuteries sera prêt en 30 minutes.” L’idée était très avant-gardiste. L’équipe n’avait aucune idée comment réalisé le tout. Finalement, je me suis mis à tester plusieurs façons de faire et le résultat a dépassé nos attentes.» Peu à peu, les membres de l’équipe ont appris à monter des plateaux. Aujourd’hui, c’est devenu un véritable art. « Un jour, un client est arrivé avec un projet de plateau de 5 pieds de long. Il y avait des charcuteries, des olives, des terrines et une magnifique pièce de Serrano, un jambon espagnol. Le client n’en revenait pas. Ses invités n’ont rien mangé pendant 20 minutes : ils ont pris des photos ! »

 

Influencé d’abord par sa mère, Manon Robert, il est aussi inspiré depuis quelque temps par une autre femme talentueuse, sa copine Laurence. Étudiante en marketing, cette dernière devait réaliser un projet de stage. Ils ont donc conçu Le Albert Café ensemble. Ce dernier, qui devait prendre un an à mettre sur pied, a vu le jour en seulement six mois. L’ouverture officielle du Le Albert Café a eu lieu en juin 2019 et depuis, le succès est retentissant. Pourquoi le Albert ? En l’honneur du chien saucisse familiale qui a vécu pas moins de 17 ans et demi. C’est pour cette raison que les clients peuvent amener leur ami fidèle au café.

 

Aujourd’hui, Anthony se sent vraiment à sa place. « Je me lève à 5 h tous les matins, je prends mon déjeuner et mon café, puis je vais m’entraîner. Je travaille 10 à 14 heures par jour, à raison de 6 à 7 jours par semaine. Je consacre pratiquement tout mon temps aux entreprises. J’aime mon métier. »

 

Et qu’en est-il de la suite pour le jeune entrepreneur ? « Pour l’avenir, j’aimerais beaucoup expansionner le William J. Walter St-Hyacinthe, les Passions de Manon et Le Albert Café. »

 

Autres nouvelles

Des pains magiques venus d’ailleurs

Portrait de Lina et Esneider Granada, nouveaux propriétaires Boulangerie Délices Granada   Esneider Granada débuta sa carrière de boulanger à l’âge de 16 ans. Ses