Et si la Vieille Fromagerie m’était contée?

Portrait de Steve Brodeur, propriétaire

  

Dans les années 80, Steve Brodeur était un élève modèle désirant devenir policier. Ayant des problèmes oculaires, la vie en décida autrement. Il s’est donc mis à la recherche d’une nouvelle opportunité de carrière. Son beau-père de l’époque, M. Hébert, était alors entrepreneur et propriétaire de la fromagerie À la Vieille Fromagerie du marché public.


L’entreprise roulait déjà à bon train depuis 80 ans. On y vendait que du fromage en grains et du cheddar en meule. Le fromage chaud arrivait alors en baril et était vendu sans être pesé à 0,10 $ et 0,25 $ le sac de papier. Steve a donc rejoint les rangs de son beau-père et s’y est découvert une véritable passion. C’est lors de son 18e anniversaire, le 7 février 1989, que Steve devenait officiellement propriétaire de la fromagerie.


En 1989, quatre commerces étaient en activité au marché, dont deux fromageries, celle de Steve et celle de M. Houle. Il y avait également la Boucherie Charron et la fruiterie Normand pion. À cette époque, la toute petite fromagerie de Steve était située à l’endroit où se trouve actuellement la Pâtisserie La Demi-Calorie. On y avait accès de l’extérieur seulement. Il s’agissait d’une entrée indépendante du reste du marché qui a coupé Steve de contacts avec les autres marchands pendant près de 8 ans.


Vers la fin des années 90, la Ville de Saint-Hyacinthe a procédé à une importante revitalisation du marché public afin que tous les commerçants
se trouvent à l’intérieur du bâtiment. C’est alors que la fromagerie de M. Houle déménage dans l’Allée du Marché et que les commerces restants (Boucherie Charron, À la Vieille Fromagerie et la Fruiterie Normand se retrouvent à l’intérieur.  À ce moment, le marché public ne possédait pas de boulangerie. La Ville, selon une entente, avait alors demandé à Steve de faire du pain en exclusivité. Steve s’était donc improvisé boulanger, métier qu’il a pu découvrir et aimer pendant 4 ans. Puis, une boulangerie s’est installée et la fromagerie a finalement retrouvé ses principales fonctions. C’est alors que le marché connaît un accroissement de l’achalandage.


L’arrivée de la saucisserie William J. Walter, la Pâtisserie La Demi-Calorie et la Poissonnerie Odessa (aujourd’hui la Poissonnerie Charron) ont alors permis un autre temps de renouveau incroyable pour la fromagerie. La vie semblait rose pour Steve Brodeur, mais deux événements menaçaient la fromagerie. En 1998, la crise du verglas coûte l’ensemble de l’inventaire, soit près de 40 000 $ en pertes financières. Puis, en 2008, cette fois en plein été, la crise de la listériose éclatait et le ministère, ne prenant pas de raccourcis saisit et jette l’ensemble de l’inventaire de la fromagerie de Steve, comme celle de plusieurs autres au Québec en pleine période d’achalandage. 


Des pertes de 70 000 $ sont alors enregistrées. Plus d’un mois s’est écoulé avant que les gens ne reviennent et que l’entreprise reprenne pleinement son rythme d’activités. Malgré tout, Steve n’a jamais abandonné. Ce parcours fait aujourd’hui de M. Brodeur, le plus ancien des propriétaires de commerce au 1555 Marché public, ce qu’il se plait à dire. Pendant longtemps, ce grand gaillard a servi ses clients lui-même au marché, mais notre entrepreneur dans l’âme a aussi développé une passion pour les chiens. Encore aujourd’hui, il élève des chiens de chasse, des griffons kortals, à Élevage Duchasseur. Il donne des noms à ses chiens comme « Raclette » et « Brie », comme quoi, le fromage fait vraiment partie de sa vie !


Annie Ulrich, une agronome de formation et conjointe de Steve, tient maintenant les rênes de la fromagerie avec le sourire depuis 8 ans, intensivement.


Les deux grands moments positifs au 1555 Marché public pour Steve Brodeur :

« L’arrivée d’une vraie boulangerie a amené beaucoup d’achalandage. »

« Un bon moment, c’est quand Manon Robert a acheté William J. Walter. Ça a vraiment amené un vent de fraîcheur dans le marché. »

 

Autres nouvelles

Jeune entrepreneur qui voit grand!

  Portrait d’Anthony Gagnon, propriétaire             C’est en 1997 que Manon Robert (fondatrice de l’épicerie fine Les Passions de Manon)